Le quotidien d'une mampreneuse

"Tu fais quoi concrètement de tes journées ?" 

" Tu crois pas que tu devrais te trouver un vrai travail ?"

"Ah parce que c'est pas juste un passe-temps ?"

 

Bref... Pendant deux jours (jeudi 9 et vendredi 10 mars) je vous invite dans mon quotidien, heure par heure.

 

JEUDI 9 MARS

 

7h00 : Maudire mes filles (Lili 5 ans 1/2 et Lou 3 ans) qui viennent "terminer" leur nuit avec moi à coup de guili-papouilles alors que le réveil sonne dans 30 min...

 

7h30 : Levé, pipi, petit déj, toilette, bref, rien d'anormal. On décolle pour les écoles à 8h15. 

 

8h50 : De retour à la maison, je rince tout de suite les tissus qui baignent dans la teinture végétale depuis la veille. Je rince, j'essore, je rerince, je réessore et j'étends.

 

9h15 : 2ème café, lecture des mails, douche, ranger le petit déj, faire un coup de propre dans le salon.

 

10h15 : Je file dans mon atelier, à l'étage.

 

 

Bon, pour être tout à fait honnête, en ce moment, c'est plutôt un grand champ de bataille ! 

 

11h15 : Pause café (le 3ème donc...), 5 min.

 

12h30 : Repas (restes de la veille), pendant que ça chauffe, je lance une machine (heures creuses) je range la salle de bain.

 

13h00 : Après avoir rapidement avalé mon repas (ainsi qu'un.... 4ème café...), je retourne à l'atelier. Je travaille sur du lin Oekotex et local (Normandie + Belgique), brut, non blanchi, bien épais, tellement brut que des fibres s'échappent du tissu. Je l'ai teint avec du chou rouge ce qui lui donne une teinte encore plus sombre, avec des reflets aubergine.

Je ne sais pas qui dompte qui dans cette affaire, le tissu est tellement épais et brut qu'il joue les rebelles. Cet après-midi j'ai des envies de nature, je me sens artisane et pas juste couturière. J'ai vraiment le sentiment de travailler de la matière. Il y a parfois des petites brindilles ou échardes qui s'échappent sous l'aiguille. 

La musique qui m'accompagne accentue ce sentiment. Lorsque je me lance dans un projet ou une série d'articles identiques, que la couture dure 2 ou 12 jours, j'écoute le même album en boucle. En ce moment c'est un groupe d'ici (Caen) qui est brut, noble, indomptable et profond comme ce tissu.

 

 

Ci-dessous, découvrez ce groupe : Pan D

 

14:00 : Pause rapide (5 min). Non je ne boirai pas de café !!! Une poignée d'amandes. C'est bien ça une poignée d'amandes. Et un café.

 

16h00 : Je laisse tout en plan et me prépare pour aller chercher les filles à l'école.

 

16h45 : Goûter, devoirs, Lili voudrait coudre une queue de sirene pour sa poupée. Donc, hop, on monte, Lou participe, on partage un chouette moment toutes les 3 : mesures de la poupée, patronnage, découpage, couture. Les filles sont ravies du résultat ! Comme elles jouent tranquilou, je retourne à ma machine encore un peu.

 

18h15 :Jeter les filles au bain et préparer le diner. Jouer les modératrices : "ELLE PREND TOUTE LA PLACE J'EN AI MARRE" et "Han lalaaaa tu vas te faire disputeeeerrr, t'as mis de l'eau partout....."

 

19h00 : A table, on se raconte notre journée, on rigole, on se fache, on débarrasse, on trie. Pyjama, dents, pipi.

 

19h45 : Une histoire, deux histoires, des bisous, des câlins, des mots d'amour et dodo.

 

20h10 : Nettoyer salon et cuisine. Reranger la salle de bain. Un petit verre de poiré; je visionne les photos, commence à rédiger cet article. Je demande à Lou de retourner dans son lit. Oui encore un câlin mais retourne te coucher. 

 

Il est 21h46. Je dois encore faire la promo de cet article sur les réseaux sociaux. Parler de ce qu'on fait, promouvoir les nouveaux articles être visible sur le net font partie du boulot. Il sera donc environ 22h00 quand j'irai plier et ranger le linge des ces trois drôles de dames. Puis pyjama, dents, pipi et une petite série pour faire le vide.

 

Bilan : je crois que je bois trop de café. 

Ah mais je vous vois ! Fébrile, impatient-e, vous rongeant les ongles tant l'attente du 2ème épisode vous obsède ! 

Bon, ok... 2ème journée, vous allez voir, ça ne ressemble en rien à la 1ère.

Bonne lecture !

 

 

VENDREDI 10 MARS

 

6h53 : AH MAIS NON !!! Grrrr... Guilis interdits, tout le monde se rendort !

 

7:30 : Levé (non mais oh !) et tout ce qui suit d'habituel (manger, s'habiller, aller à l'école).

 

9h00 : J'arrive chez moi avec un peu de retard. Vous comprenez, on a croisé une toile d'araignée dans la cour de l'école de Lou, avec des gouttes d'eau, c'était joli. Et sur le béton, il y avait aussi un ver de terre "super géant" qu'il a fallu sauver. Bah oui, avec les nombreux passages d'enfants et parents, il aurait été "morde pour toujours". Donc sauvetage du ver de terre. Lou a voulu s'assurer qu'il était pépouze dans l'herbe et qu'il allait trouver un trou dans la terre.

 

Douche, café (2ème), rangement.

 

9h45 : La partie du boulot la moins glamour (ou celle que j'aime le moins) : répondre aux mails, aux différentes sollicitations, envoyer les factures, se mettre à jour administrativement. Et comme je suis championne du monde de procrastination, il y a du pain sur la planche....

 

Pendant ce temps, je décide de ne pas compter les cafés bus. Mais je crois que j'ai vraiment un problème avec ça !

 

11h15 : Je me prépare pour faire quelques photos d'articles. Je fais donc un effort cheveux + maquillage.

 

11h30 : Je pousse la table basse, le fauteuil, je règle la prise de vue, c'est parti. Vive le retardateur.

 

11h40 : Je rogne, j'ajoute un peu de lumière, un poil de ci, un soupçon de ça, je m'assure que la couleur de la blouse sur la photo reste fidèle à la réalité. Je ne retouche ni mon corps ni mon visage. Déjà que j'ai fait l'effort de mettre du noir sur mes yeux.... Plus les femmes publieront des photos réalistes, plus on en verra dans les grands médias (oui j'ai de l'espoir) et plus on sera à l'aise avec notre corps, avec nos (soit-disant) imperfections.

 

Et puis honnêtement... Je ne sais pas retoucher les visages ni les corps !

 

12h00 : Je montre une des photos à mon amie Marion (qui écrit pour Greenweez et auteure du blog Et.Si.Deux.Mains). J'aime beaucoup avoir son avis, elle est bienveillante et honnête. De plus, la blouse est pour elle !

 

12h17 : Marion m'écrit : "Je te laisse je vais manger". Et je réalise que je n'ai pas mangé et que je dois me préparer pour aller dans des écoles à Caen.

Je trouverai un sandwich (véget) sur la route.  

 

13h30 : Je retrouve 10 enfants de Grande Section pour un atelier tissage. Grosses aiguilles en plastique souple, fils de différentes tailles et épaisseur, les enfants travaillent la dextérité, la créativité et la patience. Avant de me mettre à mon compte, j'ai eu une première vie professionnelle où j'ai été animatrice puis directrice de centres de loisirs pendant 15 ans (oh fichtre, 15 ans !)

 

14h15 : Je file chez Key's And Co, un café juste à côté, très lumineux et à la déco au top. Sans parler de la gamme de thés et les gâteaux..... Aujourd'hui il fait vraiment beau et doux, je m'installe en terrasse. C'est MA pause, VRAIE pause de la semaine. L'heure où je ne fais rien à part regarder les passants et lire.

 

15h15 : Je retourne à l'école où j'interviens cette fois-ci dans l'école primaire. Couture, teinture végétale, tissage, selon la période.

 

 

 

 

 

16h30 : Je file récupérer les filles qui sont à la garderie. Je dis des gros mots parce que je suis dans les bouchons.

 

 

17h20 : Les deux poupettes sont dans la voiture. Chacune son caractère : Lou avait une ribambelle de copines qui la suivait et lui faisait des bisous pour lui dire au-revoir. Lili me saute dessus en me parlant des trucs incroyables qu'elle a appris à l'école. Du haut de ses 5 ans, elle dessine mieux que moi...

 

 

17h30 : On file acheter de quoi planter nos petites graines. Nous sommes en appartement mais faisons partie des jardins partagés de Douvres la Délivrande. En plus de pouvoir manger nos propres légumes, j'aimerais aussi utiliser le potager pour les teintures.

 

 

18h15 : On s'étale sur la table, on met de la terre partout. C'est très sérieux. L'avenir de notre estomac est en jeu !

 

 

 

19h30 : A table ! Je suis bien plus détendue sur le timing puisqu'il n'y a pas d'école demain.

 

20h00 : Les filles peuvent jouer encore un peu avant le rituel du coucher. Oui c'est le weekend, même si les grasses mat, elles ne connaissent pas ! J'en profite pour rédiger cet article. On est en fin de semaine, je ne ferai rien en rapport avec le boulot ce soir.

 

 

Bilan : Les jours se suivent et ne se ressemblent pas ! Le vendredi, la pression redescend lentemnt (le lundi en revanche c'est non stop de 9h à 20h, heure à laquelle je rentre chez moi) 

 

C'est un boulot où il faut être capable de tout faire : être créatif, photographe, comptable, agent-e administratif, webmaster, communicateur-trice, prospectrice-teur, etc... Je ne prends pas de plaisir dans chacune de ces tâches et surtout je n'ai pas toutes ces compétences. C'est pourquoi j'ai choisi d'être portée par une coopérative d'activités (Créacoop14) ce qui me permet de garder un pied dans l'aspect administratif et financier.

 

 

C'est aussi un travail où je suis beaucoup seule et cela me plaît. Je ne m'empêche pas de sortir, je suis même plutôt sociable mais j'ai aussi grandement besoin de ces moments de solitude et de liberté dans lesquels j'organise mes journées comme je l'entends. Il peut m'arriver de flâner en matinée et de bosser jusqu'à tard la nuit.

 

 

Bilan Bis : Je bois trop de café.

 

 

Juste en dessous : La bande son du jour, encore un groupe Caennais : Gablé !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Lili Fee des Bulles